Olivier Ducastel

// Invités

Passionné par le 7ème art, Olivier Ducastel (né à Lyon en 1962) passe son adolescence à Rouen et, après des études de cinéma et de théâtre à l’université de Paris III, intègre l’IDHEC.
Il y réalise un court-métrage Le goût de plaire, en 1988, qui révèle déjà sa passion pour la comédie musicale.

Assistant sur le dernier film de Jacques Demy (Trois places pour le 26 en 1988), Olivier Ducastel travaille comme monteur-sons avec Brigitte Roüan, Youssef Chahine, René Allio, Edwin Baily, Christine Pascale, Tonie Marshall et Patrick Grandperret puis comme chef-monteur avec Vitaly Kanevski.

En 1995, il fait la connaissance de Jacques Martineau, issu d’une formation à la fois littéraire (il est agrégé et enseigne à l’université) et musicale (il a suivi des cours de chant lyrique).
Tous deux se lancent dans l’écriture et la réalisation d’un premier film au sujet ambitieux : le SIDA. Ce sera Jeanne et le garçon formidable.
Cette comédie musicale, inspirée des films enchantés de Demy, est une œuvre légère, émouvante et discrètement militante. Le film est nommé dans la catégorie meilleure première œuvre aux Césars et présenté à Berlin en 1998.

Olivier Ducastel et Jacques Martineau mêlent une nouvelle fois bonne humeur et gravité dans leur deuxième opus, Drôle de Félix (2000), un road-movie porté par Sami Bouajila, dans le rôle d’un jeune beur gay et séropositif qui part à la recherche de son père.
En 2002, il réalise un autre récit initiatique, Ma vraie vie à Rouen puis Crustacés et coquillages en 2005, un vaudeville anticonformiste dans lequel on retrouve à nouveau le goût des cinéastes pour la musique et la danse.

En 2008, pour fêter les quarante ans des événements de Mai 68, Olivier Ducastel et Jacques Martineau signent Nés en 68, une comédie revenant sur l’héritage de cette période révolutionnaire. Le film, produit par la chaîne Arte, est sortie en salles de cinéma puis il a été scindé en deux parties pour une diffusion télévisuelle.

Olivier Ducastel s’était déjà interrogé lors de la première édition du Festival Pocket Films sur le téléphone mobile vidéo, en tant que président du jury.
C’est en qualité de réalisateur qu’il s’ est à son tour approprié l’objet. Son premier pocket film, « Quelques amis », a été présenté lors de l’édition 2006.
Cette année, il présentera Mon oeil, un film tourné avec un appareil photo numérique pendant le tournage de Nés en 68.
Ce making-of à la première personne est un véritable témoignage de la part du réalisateur sur la préparation et le tournage de son film.


Lire la rencontre avec Olivier Ducastel lors de l’édition 2009.

Lire l’article Réalisateur cherche expériences... où Olivier Ducastel livre ses impressions sur son premier pocket film.

Quand rencontrer Olivier Ducastel pendant l’édition 2009 ?