Le jury

// Palmares

Claude Miller (président), Dominique Blanc, Tom Novembre, Alain Riou, Philippe Germain

Claude Miller (président)

Claude Miller débute comme assistant de Marcel Carné, Jean-Luc Godard ou encore Jacques Demy. En 1975, il réalise son premier long métrage, mais c’est Garde à vue en 1981 qui lui apporte le succès public et la reconnaissance de ses pairs. En 1998, La Classe de neige obtient le Prix spécial du jury à Cannes. En 2001, il réalise La Chambre des magiciennes, avec de nouvelles techniques vidéo.

Dominique Blanc
C’est avec Patrice Chéreau que la comédienne commence sa carrière au théâtre. En 1986 on la découvre dans La Femme de ma vie de Régis Wargnier, puis elle enchaîne des rôles éclectiques en travaillant avec des cinéastes comme Claude Sautet, Claude Chabrol ou Louis Malle. En 2005, elle réalise Sandra Kalniente, la dame de Lettonie son premier film documentaire.

Tom Novembre
Artiste polyvalent, Tom Novembre navigue dans mille univers pourvu qu’ils soient créatifs : il se distingue dans la chanson au début des années 80 et oriente sa carrière vers le cinéma. Acteur fétiche de Jean-Philippe Toussaint, son nom résonne au-delà des frontières avec Un thé au Sahara de Bertolucci et Prêt-à-porter d’Altman. Parallèlement au cinéma et à la télévision, Tom Novembre monte régulièrement sur scène.

Alain Riou
À 20 ans, Alain Riou prépare l’IDHEC, et fait un stage à feu le quotidien Paris Presse. Il a exercé depuis les professions de reporter criminel, de chroniqueur de boxe, d’auteur et réalisateur de films, voire d’éditorialiste politique, le tout pouvant constituer une préparation efficace à la critique de cinéma. Il regrette que la vie soit moins drôle que les films et considère à ce titre la comédie comme le comble de l’art.

Philippe Germain
Cofondateur en 1991 de l’Atelier de Production Centre Val de Loire et du festival Images en région de Vendôme, Philippe Germain est depuis 1999, délégué général de l’Agence du Court métrage. Le but de cette association est de favoriser la promotion et la diffusion du court métrage en France, afin de rendre à ce format son statut d’oeuvre au sens fort et entier du terme.