Points de vue

Le regard subjectif de Dorothée Cuny, chargée de programmation du Festival Pocket films en 2006, sur une sélection de films de la première édition du festival.

Pendulum de Hugo Vermandel

// Points de vue

Silence. Plan fixe. Une grande table ronde, quelques visiteurs dans le fond, près des sculptures. Soudain, s’avance sur nous une grosse boule tenue par une tige métallique. Le filmeur a gardé ses distances. La trajectoire régulière de ce pendule géant n’est pas contrariée. En échange de cette prudence, il lui offre d’apercevoir, sur une face de sa sphère dorée, son reflet téléphoné. Un va-et-vient qui incite le filmeur à s’approcher aussi : zoom, et rezoom. Le reflet se précise mais repart, jamais capturé (...)
Lire la suite »

Véloportrait de Yves Rousselet

// Points de vue

Sur la route, les fameux cyclistes blancs, ceux qui jouent dans le même couloir que les bus. On en dépasse un, puis deux...selon la cadence que les pieds d’Yves Rousselet dictent aux pédales. Un vélo ? Le filmeur, doublement mobile, se présente en s’expliquant : il est interdit de téléphoner en conduisant. D’autres cyclistes blancs se laissent dépasser. Yves Rousselet roule là où on l’autorise. Les présentations sont faites selon les règles de bienséance : des lois, comme des spectateurs, ce filmeur est (...)
Lire la suite »

Boffi shower de Hugo Vermandel

// Points de vue

De haut en bas : une douche toute neuve, une douche très design, le dernier modèle de « Boffi shower ». On imagine l’histoire hors champ : un déménagement, le désir d’un homme...ou d’une femme, un pommeau défectueux ou une simple curiosité. Son « mobile caméra » glisse lentement le long de la tige métallique : il s’y voit sous l’eau claire, dans l’odeur exotique d’un shampoing fortifiant, il s’y voit au point de s’y chercher. Il n’y trouvera que son reflet, au détour d’un miroir, puis d’un autre...son reflet (...)
Lire la suite »

Mes voyages de Takako Yabuki

// Points de vue

« Tokyo », « Paris », « Tourcoing », « Yokohama », « Calais », « Lille ». Des destinations, celles de l’artiste YABUKI Takako et de son téléphone. Car celle qui l’a porté le dit bien : « Le téléphone a voyagé partout avec moi. ». Le téléphone, compagnie active ? Il est certain qu’il est ici réceptacle d’impressions, comme un journal intime. Il voit ce qu’elle voit, il recueille, par le texte, mais aussi par les images, ce qu’elle sent et ce qu’elle parvient à dire. Sur la façade d’une maison de Tourcoing, Takako (...)
Lire la suite »

Autoportrait de Galienni

// Points de vue

Une main brandit un Polaroïd, l’autre tient le téléphone portable. « Clic-clac », la photo, ce fameux format carré, surgit : blanche, brouillée. Une petite musique se met en marche, un air simple et répétitif qui semble vouloir nous dire « patientez svp »... « nous allons vous répondre ». Une main brandit un Polaroïd, l’autre tient le téléphone portable. « Clic-clac », la photo, ce fameux format carré, surgit : blanche, brouillée. Une petite musique se met en marche, un air simple et répétitif qui semble (...)
Lire la suite »

Exercice de style de Pascal Delé

// Points de vue

« Dans le RER B, à une heure de pointe » ou comment l’histoire aux 99 versions de Raymond Queneau s’incarne sous les yeux de Pascal Delé. Le jeune homme au long cou coiffé d’un chapeau qui s’énervait dans le bus devient « un grand type, habillé tout en rouge avec une casquette à visière » qui s’énerve dans le RER. Le premier était aperçu pour la seconde fois dans une gare, discutant avec un ami d’une histoire de bouton, le second est aperçu pour la seconde fois aux Halles, discutant avec un ami de l’achat (...)
Lire la suite »

Comme un film Lumière

// Points de vue

Dans cet hommage explicite au film des Lumière de 1895, L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat , Pascal Delé dit le temps qui passe et les changements que son irréductible marche opèrent. Voici donc ce quai de gare, ce plan fixe guettant dans la profondeur de champ l’arrivée du cheval de fer... « mais avec du son »... et « en couleur ». L’image a changé, les trains aussi : celui-ci arrive à toute vitesse, occupe le cadre, envahit la bande sonore puis disparaît, laissant derrière lui une sorte de vide. (...)
Lire la suite »

Décroche

// Points de vue

Au centre du cadre, un homme, assis sur une chaise, raconte. Son apparence est déformée par l’extrême pixellisation de l’image, sa voix, en avance rapide, subit également une déformation. Il témoigne mais reste masqué. On croirait un reportage sur un groupe d’alcooliques anonymes. Et en effet, il est ici question d’addiction, le personnage se dit « akro ». La caméra quitte son visage pour observer ses mains qui se crispent...en manque de touches de téléphone. Avec ses amis, ils se MSN, s’envoient des (...)
Lire la suite »

Dans le RER

// Points de vue

Des voyageurs montent dans le RER. Gros plan sur une poche où se glisse une main voleuse. Le geste est précis. Soudain, l’image devient chaos : des couleurs, un visage ou deux, puis finalement tout va trop vite, les choses sont trop proches pour qu’on puisse les distinguer. Le pickpocket a finement choisit son terrain de chasse : la proximité à laquelle sont contraints les voyageurs, l’agitation et la vitesse même du transport permettent à son geste de rester invisible. De nouveau un gros plan, le (...)
Lire la suite »

Ceci n’est pas un film

// Points de vue

Le téléphone sonne : « Allo. Oui, oui. Je suis juste sorti marcher un peu. Il fait bon dehors et puis la nuit est belle. » Sur les images, cette nuit, cette belle nuit, puis d’autres choses encore, car celui qui répond filme aussi : « Tu sais, sur mon téléphone, y’a une caméra. » Pascal Delé téléphone, il se place donc au sein d’une conversation. Il y a lui et l’autre, je et tu. Mais ce nouvel objet entre toi et moi, qui te dit en te la montrant la belle lune pleine que je vois et que je t’envoie pour (...)
Lire la suite »